Friches Fraîches avec l’Université de Cergy Pontoise !

Balade avec les étudiants en médiation culturelle

A la Briche avec les artisans

Située aux abords de la ville de Saint-Denis, la balade Friches Fraîches a été parcouru avec les étudiants de l’Université Cergy Pontoise ! En filière médiation culturelle, ils ont su être curieux et souriants, malgré une météo peu clémente.

En effet, cette balade regorge d’endroits insolites, authentiques et riches en histoire. Se promener à travers ce Saint-Denis méconnu représente, pour moi, l’une de nos balades favorites ! Rien qu’arrivé à la gare de Saint-Denis, nous nous trouvons tout de suite dépaysé et surpris par la multitude de culture qui se mêle et s’entremêle autour d’une immense place destinée à accueillir grillades (viandes, marrons…), marchands de fruits et légumes et/ou de fleurs,  étalages de gadgets en tout genre. Une activité urbaine dense et bouillonnante en partie créé par l’atmosphère post-industrielle de son architecture (immeuble, tramway…). Pour beaucoup d’habitants, ce quartier est synonyme de solidarité, d’un esprit de vivre-ensemble. Mirabela est Dionysienne. Passeuse de culture, elle milite parallèlement pour la cause Rrom. Elle nous invite dans le Saint-Denis qu’elle connaît, loin des clichés médiatiques et des lieux communs. Grâce à son énergie et son dynamisme, elle invite le visiteur à la rencontre des acteurs issus du monde artistique ou social qui ont su métamorphoser les anciens foyers industriels, les immeubles de bureaux et les autres lieux en friche de Saint-Denis par une volonté de changement, de force créatrice et d’action militante.

Pourquoi la Friche ?
En milieu urbain, les friches évoquent l’abandon, la non-utilisation ou l’utilisation à titre transitoire d’un espace dans l’attente d’occupation et/ou d’une requalification. Les friches connaissent véritablement un délit de faciès, elles sont réduites à quelque chose de laid et d’abîmée. Elles font finalement partie des interstices urbaines ou désigne ce qui est en marge, ce qui est provisoire.
D’où l’intérêt qu’une friche puisse devenir fraîche !

A Saint-Denis, à l’inverse d’autres villes de la petite couronne de Paris, les bâtiments des anciennes usines ont été pour la plupart réinvestis ; créant une nouvelle image de cette ville qui à la fois est vivante, culturelle, et militante. Un renouveau de son patrimoine industriel et social avec la création de lieux créatifs, alternatifs et contemporains. Dès lors, les friches ne vont cesser d’attirer de nouveaux habitants et drainer une transformation progressive des quartiers qu’elles occupent.

Forte de ces accessoires, Mirabela nous invite à la suivre dans l’urbanisme dionysien afin de rencontrer, au plus près, ces acteurs méconnus et insolites ! Tout d’abord nous nous arrêtons devant une fresque du quai du Port, abordant la culture Hip-hop, avec aussi un beau passage sur la culture Rrom. Une artiste a pu nous éclaircir sur son élaboration et sa conception.

Intervention d’une artiste de la fresque murale du quai du Port

 

 

 

 

 

 

 

Le parcours continue alors avec la visite du 6b. Daté des années 1970, cet immeuble s’inscrit dans le mouvement de l’architecture brutaliste qui voyait dans le béton un côté naturel et sauvage. Cet espace, maintenant réinvesti de toutes les techniques artistiques possibles, s’articule de manière à révéler un lieu extraordinaire, innovant et plein de créativité. Constitué également de plusieurs associations, ce complexe polyvalent, a longtemps été controversé. Aujourd’hui, le 6b a fait sa place en tant que site gardant cet esprit solidaire et que la culture soit accessible à tous.

Mirabela et un artiste du 6b

 

 

 

 

 

A La Briche, ancien casse-fonte, on aperçoit encore les grandes machines industrielles telle que le puits anglais. Aujourd’hui, entièrement réinvesti par des artistes, le lieu reste incontournable ! Les oeuvres travaillées, fines ou colossales s’éparpillent au gré des ateliers : fer, bois, acier, caoutchouc, tout types de matériaux sont sollicités et convoités par un grand nombre, y compris à l’international !

Le puits anglais

 

 

 

 

 

 

 

Enfin, la balade se termine par la visite du Chapiteau des arts circassiens RajGa Nawak où une troupe d’acrobate nous a chaleureusement accueillis et ouverts à leur métier fantastique.

Friches Fraîches participe encore une fois à la construction d’un nouvel imaginaire de la ville : post-industrielle, artistique et social symbolisant un Saint Denis contemporain, en perpétuel mouvement, à la lisière des mondes qui y vivent.
En espérant que vous puissiez la découvrir, je vous souhaite une bonne balade !

Atelier d’artiste de La Briche

 

 

 

 

 

 

 

 

Philippe John

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.